dimanche 16 février 2014

15 février 2014 Rock Sound

15 février 2014 Rock Sound Eleuthera

Je n'ai plus de mots pour décrire la cacophonie qui règne ce matin autour du bateau. C'est la chasse aux petits poissons et ça fait un chahut pas possible. Je ne sors même plus la canne à pêche car ils dédaignent nos appâts. 

La météo annonçait de forts vents de l'ouest et du nord et nous sommes restés à bord le temps que ça passe. Hormis chez Rosie's, il n'y a pas de Wi-Fi gratuit ici au village et c'est donc à la station service que nous avons acheté une carte Wi-Fi  à 10 $ pour une journée afin de pouvoir parler à nos familles. Notre forfait Batelco ne nous permet pas de faire Skype, ou plutôt si mais nous consommerions notre mois en un battement de cils.

Parlotte et palabres, cuisson du pain et la journée est passée. Nous nous attablons devant une bonne soupe maison aux légumes et un pain chaud tout juste sorti du four.
Je sais que je vous fais saliver avec mes pains, mais je ne peux m'en empêcher, ils sont vraiment délicieux. J'en ai fait un blanc et un raisins cannelle.


Nuit noire, le vent étouffe le bruit de la fête qui a lieu au restaurant chez Pascale, à un jet de pierre d'où nous sommes ancrés.

Petite rue du village, nous sentons les fleurs et admirons les beaux papillons qui brillent par leur absence ailleurs dans les Exumas. Ici ils ont de quoi se nourrir et de l'eau douce et il en va de même pour les oiseaux qui font légion comme cette Paruline de Kirtland.


Conditions de navigation

Pas de navigation aujourd'hui, vents de l'ouest soufflant à 15 noeuds. 25°, soleil et nuages.

Ancrage

Pas de changements

Un clin d'oeil à l'histoire

Le 14 septembre 1999, Floyd frappa les Bahamas lors de son maximum d'intensité avec des rafales de 300 km heure  et y causant une large dévastation.  Les îles de Cat, Abacos, San Salvador et Eleuthera ont été les plus durement touchées et à ce jour des traces de son passage sont encore visibles.

Le mot du Capitaine

Lors de l'ouragan Floyd, toutes formes de communication avaient été rompues à l'exception de la radio SSB et c'est à travers les opérateurs de cette radio que les informations ont pu être relayées. Tout ça pour dire que nous avons beau avoir tous les gadgets électroniques possibles mais en cas de désastre, la bonne vieille radio SSB est encore la plus fiable. Je me félicite d'en avoir une à bord.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire